PROCHAIN ÉVÉNEMENT

Hooray!

Avec les centaines d’hybrides de maïs à vendre en Ontario et les nombreuses composantes transgéniques différentes présentes dans un grand nombre de ces hybrides, il peut s’avérer difficile pour les producteurs d’appliquer les exigences sur le refuge qui fait partie du plan de gestion de la résistance des insectes. L’inconvénient, en cas de mauvaise gestion, réside dans la résistance que les insectes visés peuvent finalement développer pour vaincre la protéine de Bt insérée dans les hybrides. Le sélectionneur de refuges pour maïs hybride canadien a été conçu dans le but d’aider les producteurs à gérer leurs refuges.

« L’outil a été conçu en premier lieu en raison du nombre d’hybrides grandissant d’année en année. Il devenait difficile pour les producteurs de déterminer l’hybride pour les refuges ainsi que la grandeur de ces derniers », mentionne Cara McCreary, entomologiste intérimaire de plante de grande culture et responsable du programme au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario.
Le sélectionneur en ligne permet aux producteurs de sélectionner leur hybride ou caractère Bt et la grandeur de leur champ. Le sélectionneur fournit ensuite une liste de maïs hybride refuge ainsi que de l’information sur la grandeur et l’emplacement du refuge, les options de traitement et la tolérance aux herbicides.
Planter et entretenir un refuge constitue une partie importante de la gestion de la résistance des insectes. En ce moment, les producteurs de maïs Bt doivent planter un refuge de maïs non Bt d’une grandeur précise à un endroit précis. Ceci varie selon le caractère Bt de l’hybride et selon l’insecte à endiguer.
  • Un refuge pour les hybrides de maïs Bt résistants à la pyrale du maïs doit être planté à moins de 400 mètres (1/4 mile) du champ de maïs Bt.
  • Un refuge pour les hybrides de maïs Bt résistants à la chrysomèle des racines du maïs ou pour une combinaison de maïs Bt résistant à la pyrale du maïs et à la chrysomèle des racines du maïs doit être planté à l’intérieur ou à proximité du champ Bt dans un champ comportant le même historique de rotation.
  • NE PAS mélanger les graines de maïs Bt et non Bt à la ferme avant ou durant la plantation.
  • Les hybrides de maïs conventionnels ou tolérants aux herbicides à la suite d’une mutation ponctuelle peuvent être utilisés s’ils ont des caractéristiques agronomiques et de maturité semblables à l’hybride de maïs Bt (entre 100 et 150 UTM). Ils doivent aussi être plantés au même moment que le maïs Bt.
  • Plusieurs options de refuges sont possibles et elles varient selon la forme du champ et la distance à laquelle le refuge doit être planté.
Négligence des exigences de refuge du maïs Bt
Un récent rapport sur la production de maïs Bt et la conformité des refuges a été publié par AGDATA Canada pour la période de végétation de 2009. Le rapport indique que l’utilisation d’hybrides de maïs Bt est en croissance, mais que l’entretien de refuges Bt conformes est défaillant.
Les hybrides de maïs Bt ont été plantés sur 2,6 millions d’acres en Ontario, au Québec et au Manitoba en 2009, une superficie 25 % plus grande qu’en 2007. Le pourcentage d’acres de maïs Bt par rapport au nombre total d’acres de maïs est passé de 53 % en 2007 à 74 % en 2009. Entre 2007 et 2009, le pourcentage de producteurs de maïs qui plantaient du maïs Bt est passé de 70 % à 94 %.
Regrettablement, avec cette augmentation de maïs Bt, on note une baisse du pourcentage de producteurs de maïs Bt qui réservent une superficie adéquate (20 %) pour le refuge. Le niveau de conformité a baissé de façon constante en passant de 85 % en 2003 à 61 % en 2009.
  • Les jeunes producteurs sont plus disciplinés; 76 % des producteurs de maïs Bt de moins de 35 ans se conforment aux exigences.
  • Plus de 90 % des producteurs connaissaient les exigences de dimension de 20 % et de distance du refuge.
  • En 2009, un pourcentage plus élevé de producteurs de maïs Bt expliquait qu’ils trouvaient difficile d’appliquer les exigences.
  • Les deux raisons les plus mentionnées étaient liées aux difficultés que les producteurs éprouvaient à changer d’hybride lors de la plantation et au manque à gagner que le refuge de maïs non Bt représente.
« La baisse de conformité est surprenante. Je crois que les producteurs estiment que le système de refuge est trop complexe, que le choix des hybrides est trop vaste et que le tout est déroutant », explique Mme McCreary. « Le sélectionneur devrait être un bon outil. »
Le sélectionneur est un projet conçu conjointement avec le Comité ontarien du maïs, la Coalition canadienne contre les ravageurs du maïs et l’Association canadienne du commerce des semences. Accédez au site à l’adresse www.refugeselector.ca.