PROCHAIN ÉVÉNEMENT

Hooray!

Alors que la saison de la récolte approche, les agriculteurs, l’industrie agricole et les gouvernements surveillent la situation attentivement. Dans certaines régions du Québec et de l’Ontario, les agriculteurs sont aux prises avec des conditions de sécheresse intense et des efforts sont déployés pour mesurer l’ampleur des répercussions. La Division de l’évaluation et de l’analyse des sinistres (DEAS) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) apporte son soutien aux victimes de sinistres.

« La sécheresse est le principal problème météorologique sur lequel nous nous concentrons en 2012, particulièrement dans certaines régions du Québec et de l’Ontario, » précise Todd Hunter, agent principal aux opérations pour AAC. La situation est très différente de ce qu’elle était 2011, alors que les inondations dans les Prairies étaient la priorité. « La région de Pontiac, au Québec, la vallée d’Ottawa, le comté de Renfrew et certains endroits au sud-ouest de Toronto, en Ontario, sont les principaux endroits que nous surveillons. Il y a aussi eu quelques cas de gel intense en Ontario ce printemps, ce qui a eu des répercussions sur les récoltes de pommes et d’autres fruits tendres que nous examinons. »

Les producteurs agricoles ont accès à un ensemble de programmes de gestion de risque d’entreprise (GRE) fournis par le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires qui visent à aider à surmonter les pertes financières dues aux sinistres tels que la sécheresse. Ces programmes comprennent Agri-protection, Agri-stabilité et Agri-investissement. « Notre division travaille sur Agri-relance, un programme d’aide aux sinistrés conçu pour répondre aux situations de désastre que les autres programmes de GRE ne couvrent pas, dit M. Hunter. Agri-relance et les trois autres programmes de GRE sont conçus pour travailler ensemble. »

Dans le cas d’un sinistre comme une sécheresse, les provinces et les territoires peuvent demander un examen des répercussions dans le cadre du programme Agri-relance. En 2012, le Québec et l’Ontario ont fait une demande d’examen de la situation de sécheresse et l’Ontario a également fait une demande d’examen sur la situation de gel au printemps.

« On travaille de près avec des agriculteurs, des firmes d’assurance-récolte et des représentants des différents niveaux de gouvernement afin de récolter le plus de données possible, dit M. Hunter. On tente de déterminer les coûts extraordinaires auxquels les agriculteurs pourraient faire face, ce qui est couvert par les programmes de GRE existants et les endroits où une aide serait justifiée relativement aux coûts liés aux sinistres qui ne sont pas couverts par les programmes existants. » Toute compensation liée à un sinistre est complémentaire aux programmes de GRE existants, sans pour autant les remplacer.

« Dans le cas des inondations, par exemple, Agri-relance a fourni de l’aide aux régions sinistrées en couvrant entre autres les dépenses relatives au nettoyage afin d’aider les agriculteurs à se remettre sur pied, explique M. Hunter. Agri-relance est conçu pour aider les agriculteurs à recommencer à faire affaire, mais il ne les aide cependant pas à compenser les pertes de revenus ou de production étant donné que celles-ci sont couvertes par d’autres programmes. »

Programmes de GRE et sécheresse
Les trois principaux programmes de GRE auxquels les agriculteurs peuvent participer sont Agri-protection, Agri-stabilité et Agri-investissement :

  • Agri-protection – fournit une protection abordable et efficace aux producteurs agricoles contre les répercussions financières d’une diminution de la production ou de la qualité découlant d’une variété de sinistres assurables et relatifs à la production ou la transformation des fruits et légumes, fourrages, produits ensilés, céréales et plantes oléagineuses.
  • Agri-stabilité – fournit une protection aux producteurs agricoles contre les baisses de revenu liées à une diminution de la production ou une augmentation des dépenses. Un mécanisme intermédiaire disponible permet aux agriculteurs participants de percevoir jusqu’à 50 % de leurs paiements dans le cadre d’Agri-stabilité afin de diminuer les pressions financières exercées par la sécheresse.
  • Agri-investissement – un programme d’épargne annuel avec des contributions gouvernementales équivalentes pouvant aller jusqu’à un maximum de 22 500 $. Les producteurs agricoles peuvent retirer de l’argent à partir des subventions accordées à leur compte Agri-investissement à n’importe quel moment afin de compenser des pertes de revenus.

Une autre disposition existe pour les producteurs de bétail situés dans une région donnée victime d’un sinistre comme la sécheresse ou des inondations. « Si les producteurs de bétail doivent faire des compressions à cause de la sécheresse et s’ils se trouvent dans la région sinistrée prescrite, explique M. Hunter, ils peuvent alors utiliser la disposition de report de l’impôt pour les éleveurs afin de reporter une portion de leurs revenus de vente à l’année suivante sans conséquence fiscale. Bien que la compression ne soit pas la méthode la plus désirable, particulièrement en ce qui concerne les troupeaux d’élevage, cette disposition existe pour les producteurs qui en ont besoin. »

De façon générale, le programme Agri-protection ou l’assurance-récolte est le meilleur outil, la deuxième place revenant à Agri-stabilité. En cas de sinistre, le programme Agri-relance peut être appliqué pour servir de complément à d’autres programmes d’aide, sans pour autant être l’outil principal des producteurs agricoles. Gestion agricole du Canada a également créé une liste de ressources pour aider les agriculteurs à naviguer à travers l’aide disponible aux régions affectées actuellement par la sécheresse et leur fournir des nouvelles et des mises à jour :
https://www.fmc-gac.com/fr/publications/situation-durgence-s-cheresse-2012-un-portail-de-ressources-pour-les-agriculteurs

« Les producteurs agricoles du Canada ont accès à un ensemble de programmes de gestion de risque d’entreprise afin de compenser les pertes financières liées aux sinistres comme la sécheresse, les inondations ou la grêle, dit Todd Hunter. Il s’agit d’Agri-protection, Agri-stabilité, Agri-investissement et Agri-relance, ce dernier servant à évaluer les répercussions d’un sinistre. »

Coordonnées :
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Sans frais : 1-855-773-0241 (direct : 613-773-1000)
Courriel : info(à)agr.gc.ca

www.agr.gc.ca/brm

Guetter la sécheresse
http://www4.agr.gc.ca/AAFC-AAC/display-afficher.do?id=1326402878459&lang=fra